[Dossier] La contraception féminine et masculine

Une contraception, c’est quoi ? Il s’agit d’un dispositif médical qui permet d’empêcher la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. Pour arriver à ces fins, on distingue les contraceptions hormonales, composées d’hormones, qui vont bloquer l’ovulation ou la production de sperme, et les contraceptions mécaniques, comme le stérilet ou le préservatif qui bloquent l’arrivée des spermatozoïdes. Pour en savoir plus sur la contraception féminine ET masculine, voici notre dossier complet sur la question.

Les contraceptifs féminins

Il existe différentes méthodes contraceptives pour les femmes, qu’elles soient hormonales ou mécaniques. La plus connue reste la pilule aux œstrogènes, qui est la contraception la plus donnée aux femmes dans le monde. Pratique, il s’agit d’un petit comprimé à avaler tous les jours, sauf pendant une semaine, moment où les fausses règles se déclenchent.

Notez qu’il existe également des pilules à la progestérone, une autre hormone féminine qui intervient dans le processus des règles et de la gestation. Elle est indiquée pour les fumeurs mais également pour les femmes sensibles souffrant de maladies héréditaires comme le syndrome de Leiden*. Il n’est ainsi pas nécessaire de faire une prise de sang pour surveiller d’éventuelles modifications de la formule sanguine.

Moins connus, l’implant sous-cutané et le patch sont tout de même des dispositifs contraceptifs très utilisés en France. L’implant se pose dans le bras sous anesthésie locale et est efficace pendant 3 ans, période durant laquelle il diffuse une dose continue de progestérone. Le patch fonctionne de la même façon mais se présente sous forme d’un timbre et délivre les hormones à travers la peau. Son efficacité est d’une semaine.

Moins pratique, l’injection de progestatifs est conseillée pour les femmes qui ne supportent pas la pilule. Il s’agit d’une injection intramusculaire qui s’effectue tous les mois. Vous avez également l’anneau contraceptif, souple et facile à appliquer, qui s’insère dans le vagin et qui délivre des hormones en continue pendant 3 semaines. Certaines femmes trouvent cependant que l’anneau se retire facilement durant les rapports sexuels.

Du côté des contraceptions mécaniques, il y en a aussi de toutes sortes mais elles sont beaucoup moins connues. Le préservatif féminin est le plus populaire et est souvent indiqué pour les personnes allergiques au latex, car l’anneau est conçu en polyuréthane lubrifié. Des spermicides peuvent également être utilisés. Il s’agit d’un gel ou d’ovules à insérer au fond du vagin, qui va délivrer une substance visant à détruire les spermatozoïdes.

Le spermicide doit être utilisé en complément d’un autre contraceptif, comme les méconnus diaphragme et cape cervicale. Il s’agit de petits objets en latex ou en silicone qui se glissent dans le vagin, au contact du col de l’utérus, pour empêcher le passage des spermatozoïdes. Un stérilet cuivre de marque aura également cet effet bloquant, en plus d’être efficace pendant plusieurs années. En forme de T, il s’insère dans l’utérus directement.

Enfin, méthode radicale, il existe toujours la stérilisation féminine (ligature des trompes et hystéroscopie), une méthode définitive à destination des personnes ne souhaitant pas ou plus avoir d’enfants.

* Le syndrome de Leiden est une mutation du facteur V, mais surtout la plus fréquente des thrombophilies (prédisposition particulière aux thromboses). La fréquence de cette mutation à l’état hétérozygote dans la population européenne en fait une question de pratique courante, bien que peu de femmes soit au courant de l’existence de cette maladie.

Les contraceptifs masculins

Nous connaissons tous le préservatif masculin, méthode de contraception très fréquemment utilisée. En plus de contrôler sa fertilité à 97%, ce dispositif permet également de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). Le préservatif est ainsi distribué gratuitement dans certains établissements et se trouve de partout.

Mais ce n’est pas tout. D’autres méthodes existent pour ces Messieurs, bien qu’elles soient souvent décriées voire totalement inconnues du grand public. C’est par exemple le cas de la contraception thermique, qui n’est prescrite que par peu de médecins en France. Appelée CMT, cette contraception consiste à porter  un caleçon spécial qui va élever la température des testicules d’environ 2° C, ce qui provoque un effet inhibiteur sur la production de spermatozoïdes. L’efficacité n’est par contre effective qu’au bout de deux à quatre mois mais le port du sous-vêtement est indolore et confortable. La CMT est réversible si elle n’est pas utilisée plus de 4 ans d’affilée. La fécondité redevient alors normale en 4 à 6 mois.

Pour en savoir plus :

De plus, la contraception hormonale masculine commence enfin à arriver en France. Il s’agit d’une pilule pour homme qui empêche la maturation des spermatozoïdes, les rendant impropres à la fécondation. Deux méthodes ont été développés : avec testostérone et progestatifs ou uniquement à la testostérone. La pilule pour homme n’est pas très populaire à cause de ses effets secondaires : acné, prise de poids, modification de la formule sanguine, dépression, fatigue, libido excessive… que connaissent aussi les femmes sous pilule. On ne sait pas ce qui n’est pas normal : que les hommes refusent une pilule avec autant d’effets secondaires indésirables, ou que les femmes, elles, s’en contentent…

En savoir plus :

Enfin, la stérilisation masculine, aussi appelée vasectomie, est la dernière méthode contraceptive que nous vous présentons aujourd’hui. La vasectomie est définitive mais il est par contre possible de conserver du sperme dans une banque spéciale avant l’intervention.

 

En espérant que cet article vous en aura appris plus sur la contraception, et que cela ne vous empêche de sortir couvert. Car si les méthodes contraceptives sont efficaces contre les grossesses non désirées, rappelons qu’elles ne protègent pas contre les MST.