La santé des jeunes en question

La santé des jeunes est une problématique sociale trop souvent négligée et pourtant fondamentale. Parents, éducateurs, encadrants divers et pouvoirs publics ont le devoir de s’atteler à la tâche pour analyser et améliorer la santé des jeunes. L’OMS a récemment jeté un pavé dans la marre. Que nous dira l’avenir ?

La santé des jeunes : un sentiment ambigu

La santé des jeunes : une question centrale

La santé des jeunes, loin d’être simplement dépendante des problématiques générales de santé, est un sujet à part entière qui doit être traité de manière spécifique. C’est ce que l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, a bien compris. Elle organise en effet depuis 1983 une enquête sur la santé des jeunes qui est renouvelée tous les quatre ans. La dernière en date, qui a vu ses résultats publiés début 2012, donne des résultats plutôt mitigés. L’étude porte plus précisément sur le sentiment des jeunes à l’égard de leur santé et sur les déterminants sociaux de la santé des jeunes. Elle a été réalisée sur 2 continents, le continent nord-américain et l’Europe, et a porté sur 200 000 jeunes, dont 12 000 en France. Cette enquête révèle de grandes disparités entre les pays d’Europe et entre les filles et les garçons. Par exemple, en France, si les filles ont globalement des comportements plus sains que les garçons, elles se sentent plutôt en mauvaise santé. Ainsi 17% des filles se considèrent en mauvaise santé contre seulement 10% des garçons. En Europe, l’écart est frappant : 23% des filles contre 17% des garçons. Le bon côté de ces résultats, c’est que la France offre d’une manière générale un meilleur sentiment de santé chez les jeunes que le reste de l’Europe. Néanmoins, cette disparité genrée, c’est-à-dire fondée sur la différence entre fille et garçons, est inquiétante. Les adolescentes témoignent de plus importantes souffrances psychologiques que les garçons. Le poids bien entendu est souvent avancé comme point de tension mais pas seulement. Il est donc primordial de tenter d’instaurer un dialogue régulier avec les adolescents afin de préserver la santé des jeunes.

La santé des jeunes : drogues, alcool, tabac, les fléaux à combattre

La santé des jeunes est en danger

La santé des jeunes est particulièrement touchée par trois fléaux qui montent en puissance : le tabac, l’alcool et les drogues. L’étude de l’OMS sur la santé des jeunes est accablante à ce niveau. La surprise vient cependant de là où on ne l’attendait pas. En effet, si l’alcool est un problème évident chez les jeunes de plus de 14 ans, et en particulier chez les lycéens, ce sont les jeunes de moins de 13 ans qui font tomber les préjugés. Il apparaît en effet que 60% des enfants arrivant en 6ème ont déjà goûté à l’alcool. C’est en famille que l’alcool est découvert ! Et pire, près de 7% des élèves de même niveau ont déjà été ivres… Le tabac quant à lui maintient sa place comme deuxième consommation à risque chez les jeunes. En 3ème, si un élève sur deux a déjà fumé une cigarette, 15% sont déjà des fumeurs quotidiens. Le taux augmente dangereusement au lycée. Et ici, la différence fille/garçon est réduite voire nulle. Le tabac et l’alcool sont donc les deux problèmes les plus importants de la santé des jeunes ! Bien sûr, le cannabis arrive en troisième position. L’adolescence est un moment charnière assez déroutant pour les jeunes qui sont en plein « remaniement pubertaire », pour reprendre l’expression de M. Godot. Ils sont donc plus sensibles, plus fragiles et donc plus susceptibles de chercher à découvrir de nouvelles sensations. La pression sociale est bien entendu un critère important de la première consommation des stupéfiants. Or, selon le Dr E. Godot, responsable France de l’étude internationale, c’est en retardant le plus possible la découverte des produits psychoactifs, dont l’alcool, qu’on retarde et qu’on limite les consommations abusives et les addictions futures. La santé des jeunes passe donc par une véritable prise en charge du dialogue et de la prévention non seulement par les parents et encadrants, mais aussi par les pouvoirs publics.

La santé des jeunes : les politiques publiques de prévention

La santé des jeunes : la prévention continue

La santé des jeunes est préoccupante, en particulier leurs pratiques à risque. C’est pourquoi le ministère de la santé s’intéresse de près à la santé des jeunes. Fin 2010, les apéros géants faisaient parler d’eux régulièrement dans les journaux. Il aura fallu au moins ça pour que les politiques s’y intéressent et cherchent à juguler ces vagues d’alcoolisation excessive des jeunes. Un groupe de travail, réunissant de nombreux acteurs concernés, notamment l’INPES et des associations de jeunes, afin de déterminer des moyens d’action efficaces sur la question de la santé des jeunes et de leur relation aux drogues et surtout à l’alcool. A l’issu de cette réflexion, des pistes ont été dégagée. La sensibilisation est apparue comme le pilier de l’action contre les pratiques risquées pour la santé des jeunes. Ainsi, outre des clips vidéos, des brochures ont été créées, une rubrique spécifique sur le site internet alcoolinfoservice.fr et bien d’autres propositions. Cependant, le pédopsychiatre S. Clergé, auteur de Réussir à l’école, une question d’amour, le dialogue est et reste la seule et unique manière de prévenir les débordements. Car ils sont dangereux : il ne s’agit pas simplement d’erreurs de jeunesse. Ces rencontres précoces et excessives avec l’alcool et/ou les drogues conduisent bien souvent à des addictions lourdes et néfastes pour la santé des jeunes. Parents : n’oubliez donc jamais que l’adolescence est une phase difficile et dangereuse. Soyez à l’écoute pour préserver vos enfants des dérives liées à l’alcool et aux drogues. La santé des jeunes, c’est l’affaire de tous.